Ports francs

Le marché des oeuvres d'art est devenu mondial ; les oeuvres d'art à haute valeur financière, à l'instar des vins et des bijoux, exigent de plus en plus des conditions de stockage, conservation, expertise sous haute sécurité et confidentialité. Le système bancaire joue ce rôle pour l'argent, les titres et les petites pièces de valeur ; mais les tableaux, les sculptures ? Ils sont en sécurité dans les fonds des musées et fondations mais pour leurs seuls besoins. Et les autres oeuvres ? Elles ont trouvé refuge dans les ports-francs ! alors, de zones de "facilitation" temporaire de marchandises en import-export et franchise de taxes, certains ports-francs prennent un nouveau rôle : celui de stockage sécurisé à long-terme, ce qui était imprévu à l'origine, tout en en restant "extraterritoriaux" (en franchise) pour tout ce qui est droits et taxes, et en bénéficiant aussi de possibilités de transactions commerciales hors taxe.

l'Etat de Genève est actionnaire à 86 % de la société mixte propriétaire ; le gestionnaire est la société Natural-le-Coultre et sa filiale Fine Art, aussi principal locataire. Depuis 1965 (un port-franc avait déjà été créé en 1889) elle comprend les "anciens" locaux multi-usages de 50'000 m2 et inaugure en septembre 2014 une extension de 10'000 m2 dédiée à l'art (chambres fortes, locaux climatisés, service de haute sécurité) ; de nouveaux travaux sont envisagés vers 2018

Les activités du Port-Franc de Genève sont : la location de surfaces, l'entreposage (entrepôts, bureaux, chambres fortes, caves à vins, containers… et magasins adaptés à l'art) et les prestations de formalités douanières, transport, logistique et sécurité